Pierre Bompard, l’artiste qui créait la tombe de Gauguin

Pierre Bompard (1890 - 1962) rencontre un grand succès en tant qu’artiste, de ses débuts parisiens jusqu’à sa nomination en tant que Peintre Officiel de la Marine, qui consacre sa passion pour les paysages marins bretons. Cette nomination lui donne l’opportunité d’embarquer sur les traces de Paul Gauguin pour la Polynésie française.
Et quand il s’aperçoit que la tombe du grand Gauguin est laissée à l’abandon, son sang ne fait qu’un tour…

Un parcours sans faute

Pierre Bompard suit les rails des jeunes artistes talentueux en France.
Après avoir étudié la peinture à l'académie Jullian, il réussit le concours d'entrée à l'Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris.

Son parcours lui donne l'occasion de rencontrer et d'apprendre aux côtés de grands noms de l'art tels que Georges Braque, Dunoyer de Segonzac, et Legueult.

Le succès est au rendez-vous : les Salons (Salon des Indépendants, Salon d’Automne, Salon des Tuileries) l’exposent et il est diffusé par Paul Guillaume, un marchand d'art renommé.
Son style - un réalisme sobre et très structuré- plaît, ses créations sont reconnues et il reçoit des commandes prestigieuses (hôtel Lutetia, Collège de France ...)


La porte ouverte de Pierre Bompard

Le succès ne lui monte pas à la tête, loin de là. Passionné par la mer, il choisit la Bretagne comme seconde patrie. Il peint la mer et les marins bretons avec des coloris très gais et ses scènes de vie maritime forgent sa réputation.  

A tel point qu’il est nommé Peintre Officiel de la Marine en  1936. 

Embarqué, prêt, parti !!

Le titre de POM pour Peintre Officiel de la Marine est accordé par le ministre de la Défense à des artistes ayant consacré leur oeuvre à la mer.  Si aucune rémunération n’y est associée, les Peintres Officiels de la Marine portent l’uniforme et peuvent embarquer sur les bateaux de la Marine Nationale pour aller peindre les paysages marins. On les reconnaît à la petite ancre marine qu’ils ont le droit d’accoler à leur signature.


Source

Pierre Bompard embarque donc pour une mission de 13 mois en Polynésie française, et arrive à Papeete. En partant, Bompard a très probablement en tête l’idée de partir sur les traces de Paul Gauguin.

A 50 ans d’intervalle, un amour commun pour la Bretagne rassemble les deux artistes. En effet, juste avant de partir pour la Polynésie en 1891, Gauguin était au centre de l’Ecole de Pont Aven qui rassemblait des artistes séduits par la beauté des paysages bretons.

Bompard découvre la Polynésie et les Marquises mais quelle n'est pas sa surprise de découvrir que la tombe de Paul Gauguin est laissée à l'abandon depuis plus d'un demi-siècle. 

La tombe-œuvre d’art

Pour Bompard, il est inconcevable qu'un aussi grand artiste que Gauguin n'ait pas une tombe digne de sa renommée et de sa contribution à la création artistique.
Il décide alors de créer lui-même sur ses propres deniers une tombe-œuvre d'art pour Gauguin.

Paul Gauguin c’est le mythe de la liberté: l’artiste qui a eu le courage de partir, de retourner à la nature pour inventer une nouvelle peinture. Bompard a vraisemblablement cherché à retranscrire cela dans l’esprit de la tombe.


Photo par Olivier Souliman

Il emploie quelques Marquisiens pour transporter des pierres volcaniques rouges et noires  de 70 à 80 kg depuis une vallée voisine et réaliser cette tombe-hommage.

De prime abord, la tombe paraît presque trop simple mais elle cherche en fait à retranscrire la communion avec la nature animée par les esprits, à faire écho à la recherche du spirituel dans la nature.

Et voici avec l’édification de cette tombe-œuvre d’art, l’hommage d’un artiste à un artiste…