Leonard Bordes

(Français 1898-1969)

 

 

Leonard Bordes, un peintre entre révolte et apaisement

 

Leonard Bordes est un artiste peintre, graveur, lithographe et illustrateur français né à Paris en 1898. Il fait partie de l’Ecole de Rouen, dont il est l’un des derniers représentants.

Peintre  et musicien

Leonard Bordes appartient à une famille de musicien. Son oncle Charles Bordes, fut le fondateur de la Schola Cantorum et Leonard se destinait tout d’abord à la musique.  Cependant, la peinture l’attirait tout autant et il décida de se former dans ce domaine tout en continuant à pratiquer le violoncelle au niveau professionnel.

Rouen

C’est à Rouen, où s’est installée sa famille, que Leonard Bordes rentre à l’Ecole des Beaux-Arts. La tradition lui attribue comme professeur Philippe Zacharie, mais le vieux professeur avait pris sa retraite en 1910, lorsque Bordes avait à peine 12 ans, et si le jeune homme a suivi ses cours, ce ne put être qu'à titre privé.

Bordes n’abandonne pas sa vocation de violoncelliste et intègre l’orchestre du Théâtre des Arts de Rouen.

Il fait partie de la classe mobilisable en 1916 pendant la guerre de 14-18 et participe aux combats avec vaillance.

Peintre de la détresse humaine

Bordes revient des tranchées en portant sur le monde et ses compatriotes un regard à la fois acéré et tendre. Attentif à la misère humaine, il peint avec une grande profondeur les conditions de vie dans les banlieues de Rouen. Sa révolte contre la souffrance se traduit dans le choix des sujets et il donne une âpre beauté aux scènes de la vie quotidienne et aux paysages des faubourgs.
Ce n’est pas de sa part en vertu d’une tradition picturale anecdotique qu’il peint la misère, mais l’expression d’une révolte et d’une véritable solidarité envers la détresse humaine.

Paysagiste vigoureux

A côté de ses scènes de genre au sobre expressionnisme , Bordes renouvelle l’art du paysage tel que le pratiquaient les peintres de l’Ecole de Rouen. Il donne une vigueur et une force nouvelles aux vues de la campagne normande.
Avec son ami Gaston Sebire, Bordes aime à trouver de nouveaux champs d’inspiration et part à la recherche de la lumière du Midi ou des reliefs montagneux. Il fait entre autres un voyage en Espagne en 1937.

Un peintre présent

Très actif dans sa ville d’adoption, Bordes est une figure qui anime et structure la vie artistique. Il fonde avec plusieurs de ses confrères en 1938 la Société des artistes indépendants normands et en assure la vice-présidence.

Installé dans le quartier de Martainville, Leonard Bordes continue, après la deuxième guerre mondiale, son œuvre de peintre révolté. Il ajoute à ses sujets les vues de ruine après les bombardements, puis au fil des ans, les descriptions de pollution, de sites industriels dévastant la campagne.

Il meurt à Rouen à l’âge de soixante-dix ans.
 

Pour en savoir plus :

- l'excellente monographie de  Robert Évreux : Léonard Bordes, sa vie, son œuvre, Éditions des Amateurs rouennais d'art, 1989