Marek Rudnicki

(français d'origine juive polonaise 1925-2004)

Marek RUDNICKI est un artiste peintre, graveur, lithographe et illustrateur juif né à Lodz en 1925.

Marek Rudnicki est né à Lodz, en Pologne, le 24 janvier 1925. Son père était médecin et avait fait ses études avec  Janusz Korczak, dont il était resté très proche. Sa mère, qui était d'origine française,  a transmis à son fils l'usage du français. Le jeune garçon étudie au lycée laïc hébraïque du Docteur Braude à Lodz et grandit dans une ambiance de haute tenue cuturelle et artistique. Passionné par la peinture, il n'arrête pas de dessiner. 

De Lodz au ghetto de Varsovie

En 1939, la signature du pacte germano-soviétique place la ville de Lodz dans la zone allemande. La famille Rudnicki est forcée de quitter Lodz et est refoulée à l'intérieur du ghetto de Varsovie. Ils y retrouvent Janusz Korczak  et le père de Marek associe ses efforts à ceux de Korszak pour dispenser des soins à l'intérieur du ghetto. Marek commence des études d'architecture et étudie  à l'école Polytechnique clandestine de Varsovie. Il aide dans la mesure de ses moyens à l'intérieur du ghetto, notamment dans l'orphelinat de Korczak et fut témoin de la déportation vers Treblinka du médecin et des 200 enfants. Il livrera un témoignage poignant de cette journée d'août 1942 , après la guerre.

 

De l'architecture à la peinture

Marek Rudnicki fait partie des rescapés de l'insurrection du ghetto de Varsovie. Certains de ses biographes disent que son talent de dessinateur lui aurait sauvé la vie, mais sans donner plus de précisions. Il continue ses études d'architecture à Cracovie, puis à Varsovie. Mais c'est en fait la peinture et le dessin qui l'attirent et il décide de trouver les moyens de se consacrer totalement à une carrière artistique. C'est la possibilité de gagner la France qui est l'élément déclencheur. En 1957, il arrive à Paris et installe son atelier rue des Rosiers.

 

La France et le dessin

A coté de sa carrière de peintre, Marek Rudnicki développe des activités de graphiste et de dessinateur. Il commence par travailler pendant deux ans pour Helena Rubinstein en tant que concepteur graphiste
En 1959, il  est recruté comme portraitiste par le journal Le Monde, et assure notamment les portraits dessinés de tous les membres de l'Académie. Il grave des timbres pour l'Etat français, et sa derniere commande, deux ans avant sa mort, sera le timbre consacré à Alain Bosquet.

Parallèlement, il développe des liens d'amitié avec Ionesco et, en 1978, il suit Eugène Ionesco dans l'aventure du CIEL, le Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés.

 Marek Rudnicki meurt en 2004 à Paris.

 

Judaïca.