d'après Marc Chagall

(Empire russe, apatride, naturalisé Français 1887-1985)

Marc Chagall est un peintre, aquarelliste, illustrateur et décorateur russe naturalisé français né à Vitebsk( Empire russe) en 1887.

Du schtetl à la Mecque des peintres

Marc Chagall a vu le jour dans une communauté hassidique de la banlieue de Vitebsk le 7 juillet 1887. Il est formé à la fois dans l’école russe et dans l’école juive de son quartier. Il rentre à 19 ans dans l’école d’art juive où enseignait Yehuda Pen avant de gagner Saint-Petersbourg où il étudie comme boursier dans la Société impériale pour la Protection des Beaux-Arts. Il suit aussi les cours de Leon Bakst à l’école d’art Sanseva. Son seul but alors est de venir à Paris, la Mecque des arts. Financé par le parlementaire russe Maxime Binaver, il s’y installe en 1907, prend un atelier à La Ruche et commence à exposer au Salon des Indépendants. Mais lors de vacances à Vitebsk en août 1914, la première guerre mondiale éclate et il ne peut revenir en France.

Du Ministère impérial de la Guerre au Commissariat soviétique aux Beaux-Arts.

Pendant la guerre, Chagall travaille pour le Ministère de la Guerre pour éviter d’être envoyé au front. Il se marie et mène une vie paisible consacrée à la peinture. Ses sujets favoris concernent son bonheur domestique, sa femme et sa fille nouvelle-née. Il expose plusieurs fois à Petrograd et gagne une certaine notoriété. Après la révolution d’octobre, il fait allégeance au nouveau régime et est nommé Commissaire aux Arts dans la ville de Vitebsk. Lorsque l’animosité qui s’installe entre lui et les autres artistes de cette ville rend son poste intenable, il démissionne pour gagner Moscou en 1920. Il travaille pour le Théâtre juif de Moscou, créant décors et costumes mais juge plus prudent de quitter la Russie soviétique. En septembre 1923, il gagne Paris avec sa femme Bela et sa fille Ida.

De la France d’Ambroise Vollard à la notoriété new-yorkaise.

Marc Chagall éprouve tout d’abord quelques difficultés à retrouver son statut d’avant-guerre. C’est grâce aux commandes de marchand d’art Ambroise Vollard qu’il arrive à survivre. Il crée des eaux-fortes pour illustrer Les âmes mortes de Gogol et une série de gouaches pour Les fables de La Fontaine. Il entreprend une série d’eaux-fortes pour l’ancien Testament. En 1933, une exposition rétrospective de ses œuvres est organisée à Bâle.
Classé comme artiste dégénéré par les Nazis, Chagal se réfugie en zone libre lors de l’invasion de la France par les Allemands. Grâce au directeur du Moma de New York, il obtient un visa pour les USA où il s’installe en 1941. Il travaille comme décorateur pour Massine et Stravinsky, pour lequel il crée les costumes et les décors de l’Oiseau de Feu, tout en continuant son œuvre picturale. Il est alors un artiste reconnu, exposé au Moma et à l’Art Institute de Chicago.

Le dernier retour en France

En 1948, Chagall décide de revenir s’installer en France. Il décide de se fixer à Saint-Paul de Vence et continue une carrière au succès international. Il s’initie à de nouvelles techniques, comme la céramique et le vitrail. En 1964, il réalise le plafond de l’Opéra de Paris, sur une commande d’André Malraux. Chagall, manquant de forces, ne peut effectuer le travail de réalisation matérielle et sélectionne Roland Bierge pour transcrire ses dessins sur le plafond.
En 1977, il est exposé au Louvre, un des rares artistes à recevoir cet honneur de son vivant.

Il meurt le 28 mars 1985 à Saint-Paul de Vence.