Jean D'Esparbes

(Français 1899 - 1968)

" Il explore un monde secret s’exprimant sur sa toile dans une tonalité vert trouble qui paraît être la couleur de ses rêves”.Marcel Aymé

 

Jean d'Esparbès (1899-1968) est un peintre, graveur, illustrateur et poète français.

Une enfance inspirante

Son enfance passée dans le chateau de Fontainebleau, où son père, Georges d'Esparbès, était conservateur, lui a laissé le goût des grands équilibres classiques. Il y puise une conception très personnelle du raffinement et de la force picturale, qui font de lui un artiste profondément original.

A Fontainebleau encore, il a connu les fêtes masquées qui rassemblaient la haute société parisienne autant que les acteurs et actrices de Montmartre.

Jean manifeste très tôt le désir de peindre et, encore adolescent, il installe son atelier dans le pavillon des Aumoniers. Grâce à son père, très attentif à la vocation de son fils, Jean rencontre Bonnard à Antibes et visite Renoir dans son atelier.

La destruction d'un monde

Jean d'Esparbès ne participe pas à la première guerre mondiale, car il est trop jeune pour être mobilisé au début du conflit et a la chance d'éviter la conscription en 1917.  Il continue sa formation artistique en suivant les cours des Arts décoratifs.

Mais l'écroulement de la société qui avait bercé son enfance le marque d'une mélancolie définitive et ses sujets d'inspiration et sa palette en sont le reflet.

L'installation à Montmartre

Jean d'Esparbès a toujours été fidèle à la Butte, installant successivement son atelier rue de Douai, rue Lepic puis rue Saint-Vincent. Il vent ses toiles dans les cafés montmartrois, au grand désespoir de ses marchands qui ne réussissent jamais à lui faire respecter un contrat d'exclusivité. Il expose régulièrement au salon d'Automne et au salon des Indépendants, dont il est sociétaire.

Après la deuxième guerre mondiale, il fait partie de l'exposition itinérante qui, de 1947 à 1950 fait découvrir les peintres de Montmartre dans tous le territoire français, y compris l'outre-mer.

Le peintre de la réflexion intérieure

Jean d'Esparbès s'est toujours senti préoccupé par la retranscription des états d'âme. Il ne peint pratiquement jamais de paysages, rarement des natures mortes, seul l'humain, sa pensée, son ressenti l'absorbent.Il met en scène les grandes émotions humaines, l'esseulement mais aussi la séduction. Il peuple ses toiles de personnages tirés des mythes et du théâtre populaires, arlequins dépenaillés, Figaros pris de boissons, baladins et mendiants, toujours décrits dans des situations qui suscitent chez le spectateur/regardeur une réflexion sur son destin. Il est un des rares peintres à s'attacher à représenter la pensée en mouvement : le joueur d'échec, le musicien en train de composer, le poète en train d'écrire.

Jean D'Esparbès décède à Montmartre en 1968

En 1972, le Salon des Indépendants lui consacre une exposition en hommage, et le Musée de Montamartre lui consacre une exposition rétrospective en 1988.

 

 

 

 

La citation de Marcel Aymé est reprise d'un texte cité par la Galerie Roussard