Samuel Lipchytz

(Empire Russe 1880 - 1943)

Né sous le règne du tsar Alexandre II au cœur des provinces polonaises de la Russie Impériale, Samuel Lipchytz est, à l’instar de Soutine, Chagall, Chana Orloff, Zadkine et Kikoïne, une des figures marquantes de l’Ecole juive russe de Paris. (Cette école rassemble les artistes de l’Est venus peindre ou sculpter à Paris dans la première moitié du XXème siècle)

Tout jeune sculpteur, Samuel Lipchytz se rend à Paris pour y compléter sa formation. Il participe dès ses débuts à l’aventure de la Ruche, la cité d’artiste fondée à Montparnasse par le sculpteur Alfred Boucher.

Son goût pour le raffinement et l’exaltation de la beauté féminine le conduit à privilégier les matériaux précieux, le bronze et l’ivoire, l’onyx et les bois exotiques. C’est d’ailleurs en tant que sculpteur sur ivoire qu’il acquière sa première notoriété.

La nouvelle esthétique qui se développe dans les années 1920-1930 lui permet de donner toute sa mesure. Ses sculptures de danseuses deviennent, avec celle de Chiparus, les icônes du mouvement Art Déco. Epris de perfection, il prend soin de toujours décliner chaque création en plusieurs matériaux et diverses patines afin d’approcher au plus près l’essence de sa vision. Mais il sait dépasser, en vrai sculpteur, les dictats de la mode Art Déco et imprime la marque de sa personnalité dans chacune de ses œuvres : on reconnait d’instinct un Samuel Lipchytz par la joie de vivre, la saine et joyeuse sensualité qui s’en dégage.

Il réalise aussi de somptueuses pièces de mobilier incrustées d’ivoire, parfaits écrins pour ses sculptures.

La guerre de 1940 interrompt tragiquement cette carrière consacrée à la beauté et Samuel Lipchytz meurt déporté à Auschwitz en 1943, à l’âge de soixante-trois ans.