Sonia Routchine-Vitry

(Russe -Russie impériale- puis française 1878-1931)

Sonia Routchine  (Sonia Markovna Routchina) est une artiste peintre, graveur, lithographe, illustrateur et miniaturiste née à Odessa ( Russie impériale) en 1878.

Sonia est née dans une famille juive d’artisans d’Odessa. Son père, Marc Routchine, était ébéniste et ses qualités professionnelles lui avaient valu d’être fournisseur de Sa majesté l’Empereur.
Sonia fut orpheline très jeune, ce fut elle qui éleva sa sœur Hania, qui devait devenir une cantatrice célèbre.

Il semble que ce soit son désir de devenir peintre et d’étudier à Paris qui fut à l’origine de sa venue à Paris, en compagnie de sa sœur et du reste de sa famille, au tournant du siècle.

Sonia s’inscrit à l’Académie Julian et suit les cours de Jules Adler. Elle fréquente aussi l’atelier de Humbert, premier atelier de l’Ecole des Beaux-Arts ouvert aux femmes,( où d’ailleurs aucun homme n’était admis) en 1900.
En 1902, l’Etat français lui achète une toile, Les bergères lorraines, qui orne actuellement la Préfecture de Belfort.

Sonia Routchine développe un style épuré et raffiné, et livre des portraits, des scènes de genre et des natures mortes. Elle rencontre un succès certain comme miniaturiste et se constitue une clientèle auprès de la grande bourgeoisie financière.

En 1906, une autre de ses œuvres, La lecture, est achetée par la République Française.

Elle expose à Londres en 1912, lors de l’Exposition d’été de la Royal Académie, et une deuxième fois en 1914, où son Portrait de jeune femme en turban rouge fut remarqué.

Pendant la guerre de 1914, elle ne retourne pas en Russie et demeure en France, où elle continue à peindre.

Lors des Années Folles, le style recherché de Sonia Routchine se trouve en harmonie avec les lignes de l’époque et son talent se voit de plus en plus reconnu. Elle signe désormais Routchine-Vitry, accolant le nom de son mari au sien.

En 1923, sa sœur Hania épouse Roland Dorgelès.

Sonia expose au Salon des Artistes Français en 1924 et reçoit une médaille d’argent. Elle entre au Salon d’Automne en 1926. En 1929, le Salon lui décerne une nouvelle médaille d’argent.

Sonia Routchine-Vitry décède à Paris en 1931 , à cinquante-trois ans, en plein succès.

 

Ses œuvres sont entre autres présentes au Musée du Louvre (département des Arts graphiques pour ses miniatures) ainsi qu’au Musée des Beaux-Arts de Rouen.