Henryk Stazewski

(Polonais 1898 - 1988)

Henryk Stazewski est un artiste peintre, sculpteur, illustrateur, lithographe et graveur polonais.

Il fut aussi designer, décorateur de théâtre et affichiste.

Henryk Stazewski est né à Varsovie en 1898.

Après des études académiques à l’école des Beaux-Arts de Varsovie entre 1913 et 1919, où il s’exprime en cubiste modéré, il se tourne vers l’avant-garde et rejoint le groupe des Expressionnistes Polonais, qui devient en 1919 le groupe des Formalistes. Stazewski participe à toutes les expositions du groupe. C’est en 1923, lors d’une de ces expositions à Vilnius, qu’il fait la connaissance des peintres abstraits de l’avant-garde russe. Malevitch et Rodtchenko, et leurs condisciples d’Unovis s’étaient mis à l’abri des  péripéties révolutionnaires en Lituanie et continuaient à développer les principes constructivistes et suprématistes. Henryk Stazewski est conquis par leur démarche et revient en Pologne pour fonder le Groupe Blok des Cubistes, Constructivistes et Suprématistes. Il met en application les conceptions constructivistes de l’art total et dessine des costumes et des décors de théâtre ainsi que du mobilier, de la porcelaine et des projets architecturaux. En tant que constructiviste polonais, Stazewski  rejoint les groupes parisiens de peintres abstraits, Cercle et Carré et surtout Abstraction-Création. En 1927, il expose à Basel lors de l’Exposition Constructiviste. En 1933, il est l’un des cofondateurs du Cercle des Artistes graphiques en Publicité.

La deuxième guerre mondiale et ses destructions ne laissèrent que peu d’œuvres de Stazewski intactes et, le peintre dut recommencer à zéro dans le difficile climat de l’après-guerre. Il peint avec acharnement,  tout en créant avec plusieurs amis une galerie d’art, la galerie Foksal. Une première exposition dédiée récompense le peintre en 1955, au Club de l’Association des écrivains de Varsovie.

Vers 1955, Stazewski commence à s’intéresser à la troisième dimension. Ses sculptures en relief le passionnent tant qu’il abandonne peu à peu la peinture. Il crée d’abord des reliefs inspirés de formes organiques et violemment colorés, pour passer à l’art cinétique dans les années 60. Commence alors sa période blanche, où il s’efforce d’exprimer les relations entre l’ordre et le chaos. Vers 1968, il revient au carré cher au constructiviste Malevitch, qu’il décline de manière violemment colorée.

Dans les années 70, il expérimente les compositions lumineuses puis vers 1980 réincorpore les éléments géométriques,  qu’il pare de couleurs vibrantes.

Il meurt à Varsovie en 1988