Henry Morton-Colvielle peintre anglais achat tableau décoration
Technique : 
Support : 
Toile
Dimensions : 
Tableau: 41cm x 27cm (6P). Cadre: 47,5cm x 33,5cm.
Inscription : 
Monogrammé et daté en bas à gauche
Etat de l'œuvre : 
Très bon. Quelques usures et restaurations (voir photos).
Domaines : 
Période : 
420 €
L'œuvre

Au bord de l'eau.

Paysage cubisant de Henry Morton-Colville. Années Trente

Monogrammé H.M.C en bas à gauche et daté 3?. Le C et le dernier chiffre sont difficilement lisibles.

Etiquette d'un fournisseur de couleurs pour artistes anglais collé sur le chassis (James Bourlet and sons)

Encadré d'une caisse américaine blanche.

Ecole figurative anglaise du XXème siècle

Qu'en dire ?

Au bord de l'eau, un saule se penche sur la rivière. Un village au loin sème ses toits rouges sous les frondaisons.

Henry Morton Colville a traité ce paysage sous deux angles : celui des volumes et des formes, et celui de l'émotion picturale.

Tout en restant réaliste, cette oeuvre nous montre un paysage décomposé en volumes, et les touches de peinture quadrangulaires figurent aussi bien les maisons que les reflets dans l'eau de la rivière. Cette utilisation de la touche picturale,particulier à l'artiste,  est d'ailleurs poussée encore plus loin dans Dans les bois,  cet autre tableau de Colville, où le peintre entrecroise ses traits de pinceau pour créer un effet de jeux de lumières et d'ombres.

Colville ne se borne pas à nous livrer une vision formellement descriptive de son sujet, il transcrit aussi l'intensité des émotions éprouvées à la contemplation de ce paisible paysage. La paix et la sérénité qu'apportent ce lieu, la douce mélancolie qui l'habite sont rendus par la fluidité du travail de u pinceau, les coups de brosses verticaux du ciel, la transparence de la couche picturale.

 

 

L'artiste

Morton Colville

Henry

Henry Morton Colville est un peintre, lithographe et graveur anglais né en 1905.

Paris et les volumes

Henry Colville décide de se consacrer à la peinture en  1925. Il part alors se former à Paris et étudie auprès d’André Lhote. Il apprend du maitre bordelais l’équilibre des volumes, et une grande attention aux valeurs. Colville s’intéresse aussi bien aux  portraits qu’aux paysageset commence à développer une oeuvre fortement marquée par la destructuration cubiste.