Jacques Dalleas

(Français 1910 - 1997)

Jacques Dalleas est un peintre, un dramaturge et un  poète français d'origine bordelaise né en 1910. Il fut aussi magistrat.

Adolescent, il fonde en juin 1927 une revue litteraire pour la jeunesse avec Jean Cayrol, intitulée "Abeilles et pensée"en hommageau poème de Paul Claudel.

La peinture le fascine et il se forme en autodidacte, en suivant les enseignements de diverses académies. En vrai artiste , il pratique  avec une passion grandissante les trois modes d'expressions qui lui sont propre, peinture, théâtre et poésie.En peinture, il pratique presque uniquement l'huile, qu'il lui arrive de diluer à l'extrême pour obtenir, sur papier,  des effets de tempera.

L'energie et la force

Après la seconde guerre mondiale, le style de Dalleas est  marqué, par la volonté d'exprimer par la peinture l'idée d'energie. En juin 1946, il expose au XIIe salon des  indépendants bordelais une huile sur toile intitulée Arlequin assis.  En 1947 les trois toiles qu'il présente n'ont pas de titre.

La fantaisie et la couleur

Au cours des années 50, ses toiles deviennent plus fantaisistes, avec un traitement de l'espace et de la couleur beaucoup plus libre et joyeux. 

L'abstraction géométrique

Au début des années 1960, Jacques Dalleas réalise un tableau de la plage de Honfleur. Les formes des voiles, avec leurs géométries imbriquées, provoquent chez lui une révélation esthétique et il commence à peindre de manière abstraite. Ses oeuvres tournent autour de la figure géométrique du triangle, et les couleurs sont souvent une référence au domaine maritime. L'huile sur papier que présentent Les Atamanes est un emblème de cette période.

Le post-cubisme

Dans le courant des années 70, Dalleas sent qu'il doit revenir au sujet, sans pour autant passer à nouveau par la figuration. C'est le post-cubisme qui lui en offre la possiilité, et il livre des toiles où le sujet, bien que déstructuré à la limite du reconnaissable, reste toujours présent.

De plus en plus, il se consacre à la peinture et au théatre. Il continue cependant à composer et à éditer ses poèmes . 

Vers 1980, des raisons de santé le contraignent à abandonner la peinture. Il y reviendra à la fin de sa vie, pour reprendre et exalter les differents styles qui lui furent propre.

Il meurt en 1997.

 

Les Atamanes remercient Jeanne Dalléas, fille de l'artiste, pour les précisions bibliographiques dont elle nous a fait part.