Pierre Gaillardot

(Français 1910-2002)

Pierre Gaillardot est un peintre , aquarelliste, graveur et lithographe français né en 1910.
Il est connu pour sa manière inventive et puissante de représenter le mouvement.

Ses thèmes

Autodidacte, il choisit ses sujets en fonction de ses passions favorites, et les courses de chevaux occupent une place particulière dans son œuvre. Il travaille sur les champs de course, à Deauville et sur la Riviera française.

A côté des chevaux et du sport, Gaillardot peint avec beaucoup de force le milieu vinicole. Ses tableaux de vignerons, traités de manière expressionniste occupent tout un pan de son œuvre.

Sa carrière

Gaillardot a tout de suite attiré l’attention du monde de l’art et enchaine les expositions personnelles.

Il expose avec succès au salon Comparaisons et y rejoint le groupe animé par le peintre Rodolphe Caillaux.

En 1966, Gaillardot reçoit le Prix Puvis de Chavannes, attribué par la Société Nationale des Beaux-Arts et la Ville de Paris.

Son style

Même si Gaillardot  n’a jamais suivi de formation artistique, il serait hasardeux de réduire son œuvre à l’art brut.

Il possède une touche résolumment expressionniste, par sa fougue et sa vigueur . Cependant, si son style est expressionniste, le peintre reste en accord avec les valeurs de la société dans laquelle il vit, ses distractions et ses jeux. Sa peinture ne revêt jamais un aspect dénonciateur.

Ses aquarelles, exécutées sur le motif, témoignent de la perception du peintre dans l'instant. Gaillardot reconstruit ensuite en atelier une vision centrée sur le rendu de sa perception de l'animation, l'ambiance et le mouvement qui ont frappés sa mémoire.

Gaillardot possède un génie particulier dans l’utilisation de la toile, il crée un sentiment de vitesse, de mouvement par l’accumulation inhabituelle des éléments représentés. Ce désordre n’est qu’apparent, et pensé avec beaucoup d’attention et de science pour susciter chez le spectateur/regardeur une attention proche de l’hypnose.

Les dernières années

Gaillardot décède en 2002.
Ses œuvres sont dans les collections publiques françaises, notamment dans celles du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris.

C‘est notamment ce dernier musée qui organise du vivant du peintre, en 1971, au Palais de Tokyo  une exposition rétrospective de l’œuvre de Pierre Gaillardot.