Jean Gorin

(Français 1899 - 1981)

Jean Gorin est un peintre, archistecte, graveur, lithographe et designer français, né à Saint-Emilien-de-Blain en 1899. Il obtient son diplôme des Beaux-Arts de Nantes en 1919, après une formation classique. Mais il découvre par lui-même en 1922 la peinture cubiste lors d’un voyage à Paris et commence à en appliquer les principes. En 1923, c’est le choc de la découverte des théories de De Stijl, de l'oeuvre de Mondrian, et celle de Van Doesburg à travers la revue Vouloir. A partir de ce moment, il s’efforce d'appliquer les principes néo-plastiques à la création artistique et à l'architecture et n’abandonnera jamais l’arbstraction géométrique. Un voyage en Union Soviétique, qu'il effectue en 1932, lui permet de découvrir le Constructivisme russe, une année avant que ce mouvement ne soit condamné comme contre-révolutionnaire.

En 1934, il devient membre de la direction de l'association Abstraction-Création. Il s'éloigne des conceptions de De Stijl en incorporant dans ses peinturese cercle puis la ligne oblique , puis en s’interessant au volume, et en incluant dans ses compositions.  Après la Deuxième Guerre mondiale, il assure à partir de 1946 le secrétariat du Salon des Réalités Nouvelles. Sa première exposition personnelle a lieu en 1957 à la galerie Colette Allendy.

En 1965, il dessine les plans d’une habitation néoplasticienne, connue sous le nom de «La petite maison de Sainte-Pezenne»  près de Niort, et achevée en 1967-1968. C’est une œuvre totale,  dont jean Gorin assure la totalité de la réalisation, de la conception des plans à la création du mobilier. A travers cette habitation, on peut constater à quel point était forte la relation dialectique entre la philosophie de l’existence prônée par Jean Gorin, fondée sur le purisme - l’artiste était naturiste et végétarien - et son univers plastique et architectural.

Celui que l’on peut considérer à raison comme la tête de file du néo-plasticisme en France décède à Niort en 1981.

Où voir les œuvres de Jean Gorin :
Centre Georges Pompidou.
Musée des beaux-Arts de Saint-Etienne  où une pièce est consacrée en permanence aux œuvres de Jean Gorin.
Musée des beaux-arts de Nantes  qui possède 35 peintures, 14 reliefs et 6 constructions de Jean Gorin, entièrement restaurées en 2008.

Bibliographie

Alberto Sartoris, Jean Gorin, Alfieri, 1975
Marianne Le Pommeré, L’œuvre de Jean Gorin, Waser Verlag, 1985.
Catalogue de l’exposition Jean Gorin, ouvrage collectif,
RMN-Musée de Grenoble, 1998