Abdeslam Khelil

(algérien 1942)

« Moi, fils du sable, j’use de ma propre souveraineté pour créer »

 

Abdeslam Khelil est un photographe algérien né le 15 mars 1942 . Originaire d’Ouargla, il réside à Alger.

Dès son plus jeune âge, Abdeslam Khelil est fasciné par la photographie. Son frère possède un atelier de photographie et le prend comme apprenti. Tout jeune, il l’initie à la prise de vue et aux techniques de développement. A dix ans, Abdeslam Khelil réalise sa première photographie : un autoportrait.

A dix-huit ans, Abdeslam Khelil vient à Paris se perfectionner dans la pratique de son métier et effectue un stage de deux ans chez Kodak.

Après l’indépendance de l’Algerie, il revient dans son pays, s’installe à Alger et y ouvre une galerie d’art photographique.

Abdeslam Khelil veut avec cette galerie entreprendre une démarche pionnière, et permettre la naissance d’un authentique art photographique algérien.

En 1965, il effectue son premier grand voyage dans le sud algérien, dont il ramène une série d’œuvres mythiques. Le sud algerien et le Sahara deviennent ses sujets de prédilection et il est l’auteur de clichés en noir et blanc qui reçoivent une diffusion internationale.

Khelil connaît un grand succès auprès des amateurs d’art occidentaux, qui apprécient la qualité artistique de ses œuvres . Traités comme de véritables tableaux, ses photographies sont plus qu’une représentation de la réalité, mais la transcription d’une rencontre entre deux âmes, celle du photographe et celle de son sujet.

La montée du radicalisme en Algérie vient bouleverser la vie du photographe. Sa clientèle occidentale le fuit et il connaît de grandes difficultés matérielles.

En 1980, un incendie terroriste détruit sa galerie et il doit tout recommencer.

Depuis, il a renoncé à la photographie.

Très intérieur, fuyant la célébrité, A. Khelil a su imprimer dans chacune de ses photographies sa philosophie du monde, pleine d’exigence envers soi, de respect des autres et de foi en Dieu.

Il est l’un des grands représentants d’un art photographique profondément algérien.

Pourtant, son propre pays a mis longtemps à reconnaître l'importance essentielle de son apport à la photographie tout comme à l’art national algérien.

Une exposition retrospective à Alger en 2012 amorce heureusement un renversement de cet état de fait.

Galerie d’Art photographique Abdeslam Khelil : 2 rue Didouche Mourad . Alger.

 

Pour en savoir plus :

Abdeslam Khelil, des yeux pour voir. Maryline Chaumont. 2007.
A.Khelil, photographe atypique. LE MIDI LIBRE.16 Juin 2012
Interview de A.Khelil par Nassira Bellamine, 8 février 2014
A.Khelil raconté par sa fille

 

L’autoportrait de A.Khelil provient du site Boulevard des arts