Henri Pailler

(Français 1876-1954)
Henri Pailler, autoportrait

Henri PAILLER (1876-1954) est un artiste peintre, graveur, lithographe, aquarelliste et illustrateur né à Poitiers en 1876. Paysagiste surtout, il est membre de l'Ecole de Crozant

Jeune disciple de l'impressionnisme 

D'origine modeste, il montre dès l'enfance des dispositions pour le dessin, qui l'amènent à travailler, dès l'age de dix ans dans l'atelier d'un peintre décorateur. Il y est  remarqué par Edmond Petitjean, qui lui obtient une bourse d'étude. Grâce à cette bourse, Pailler quitte Poitiers pour l'école des Beaux-Arts de Paris, où il suit l'enseignement de Léon Bonnat. Mais contrairement à son maître, le portrait l'attire moins que le paysage, et il se rapproche d'Armand Guillaumin, dont la manière impressionniste le séduit autant que la vivavité de la palette. C'est Guillaumin qui, en 1901, l'initie aux paysages de la Creuse, emmenant avec lui son jeune élève  peindre sur le motif.

L'expérience fauve

Grâce à ses camarades Dufy et Marquet, Pailler découvre les audaces coloristes des peintres fauves. Tout d'abord, il intègre leurs découvertes à sa propre démarche de peintre et sa palette se colore hardiment. Mais sa vrai passion reste et restera toujours l'impressionnisme et Pailler revient après quelques années, à une représentation plus naturaliste du paysage. Il garde toutefois de son expérience fauve une grande vigueur de coloris.

Des paysages de la Creuze à ceux de Roubaix

Jusqu'à la guerre de 1914, Henri Pailler réside à Poitiers, d'où il envoie régulièrement des oeuvres à Paris au Salon des Indépendants. Passionné de transmission, il enseigne parrallèlement le dessin, tout en faisant des séjours réguliers à Crozant. 

Pailler est réquisitionné pendant les conflits de 14-18 et sa bravoure au combat lui vaut la Croix de Guerre. Après la fin des hostilités, il est nommé professeur d'atelier à l'Ecole des Arts Industriels de Roubaix. Les lumières du Nord l'inspirent tout autant que la Creuze, mais de manière differente. Ses envois au Salon des Artistes français et au Salon d'Automne sont accueillis avec faveur, on apprécie sa peinture franche et aérienne, toujours fidèle à l'impressionnisme de ses débuts .

Il décède au début de l'année 1954.

 

Une exposition rétrospective lui est consacrée en 1954, après son décès, par le salon d'Automne.

 

Pour en savoir plus : des oeuvres  de l'artiste sont présentées sur la page internet de L'Hotel Lépinat (Crozant) sur Emaze 

 

Illustration: autoportrait d'Henri Pailler, collection particulière, provenant du site Emaze.