Theo Van Doesburg

(Néerlandais 1883 - 1931)

Theo van Doesburg est un peintre, architecte, designer et écrivain hollandais. Il est né à Utrecht en 1883, sous le nom de Christian Küpper, mais prend le nom de celui qu’il considérait comme son vrai père - le deuxième mari de sa mère -  comme pseudonyme artistique.
Ses premières œuvres essentiellement figuratives, des caricatures influencées par Daumier ou des paysages impressionnistes. Sa découverte de Kandinsky modifie du tout au tout sa perception artistique et il commence à peindre des œuvres abstraites non géométriques à partir de 1914. Mais c’est la rencontre avec Mondrian qui s’avérera décisive. Le besoin de spiritualité que Van Doesburg ne peut combler au contact des théosophistes comme le peintre Janus de Winter est assouvi par la conception rigoureusement mathématique de l’art que développe Mondrian. Pour exprimer ses nouvelles et absolues convictions sur la création, van Doesburg commence aussitôt à réfléchir à la fondation d’une  revue, De Stijl, qui verra le jour deux ans plus tard. Van Doesburg se lie avec plusieurs architectes modernistes passionnés par l’avenir du formalisme, tels que J. J. P. Oud et  Cornelis van Eesteren. Il commence à créer des vitraux géométriques, trouvant dans le verre un matériau idéal pour mettre en œuvre ses théories.
Dès 1912, Theo Van Doesburg commence à mettre par écrit ses réflexions sur l’art, sur ses rapports avec l’architecture et les arts appliqués. Sa revue est une plate-forme idéale pour développer ses idées. Il  réfléchit sur des schémas d’organisation de couleurs qui trouveront leur application dans des réalisations architecturales. En septembre 1922, il rejoint la mouvance dadaïste.
Fin 1924, Van Doesburg infléchit les dogmes du mouvement De Stijl qu’il avait contribué à bâtir, et introduit les lignes diagonales dans ses œuvres, au côté des verticales et horizontales dont il avait auparavant prôné l’unique usage. Il baptise ces nouvelles œuvres du nom de contre-compositions.
Il envisage de s’installe en France dès 1923, après la grande exposition sur les Architectures du Stijl à la Galerie de l’Effort Moderne de Léonce Rosenberg. Il réalise  en 1926 le bar dancing de l’Aubette à Strasbourg, en collaboration avec les époux Arp, puis se fait construire une maison à Meudon en 1929 au 29 rue Charles Infroit.
Mais il souffre de violentes crises d’asthme et sa santé se détériore. Il meurt en 1931d’une crise cardiaque avant d’en achever la mise en couleur, et c’est sa veuve qui en surveillera l’exécution d’après ses croquis.