Victor Konsens Viko

(Français 1915 - 1998)

Viko est né à Paris le 5 septembre 1915, de parents juifs émigrés de Pologne. Il fréquente tout enfant l’atelier de son père, ébéniste dans les quartiers parisiens de Belleville puis de Ménilmontant et y apprends l’amour du travail minutieux et artisanal.

Victor Konsens développe très tôt des qualités artistiques, recevant à 10 ans le premier prix du Concours Général de la Ville de Paris. Il étudie à l'Ecole des Beaux-arts de Paris, mais la seconde Guerre Mondiale le forçe  à se cacher pour assurer sa sécurité. ILreprend ses travaux dans l'immédiat après-guerre, et ne tarde pas à se faire connaitre  (  "Prix Orion" en 1950 ,deuxième prix).
Monochrome, sa peinture, surtout dans ses premiers tableaux parisiens, subit alors l'influence du peintre Bernard Buffet. Il déclare alors « Je suis content d'une toile lorsque j'ai pu y mettre le moins de couleur possible »
En 1961, il participe à sa première exposition à Paris, y présentant surtout des paysages d'Espagne. L'année suivante il obtient le "Prix Eugène Carrière", suivi du "Prix Populistes" et du "Prix de l'Ile de France" en 1965 qu'il remporta trois fois.
Son style évolue alors vers une utilisation de la couleur pleine de force et de vitalité. Il expose à de nombreuses reprises au "Salon des Artistes Français", au "Salon Comparaisons", au "Salon des Artistes Témoins de leur Temps", aux côtés d'artistes reconnus comme Jean Carzou ou du sculpteur Antoniucci Volti.
Peintre de la ville, Viko affectionne les scènes de rues, de marchés, de ports ou de brocantes. Les petites gens et les petits métiers peuplent  sa peinture. Marchandes de fleurs et de quatre saisons, marchandes de poissons ou de ballons, petits marchands de journaux sont les acteurs de ses toiles et de dessins.Mais d'autres personnages l'inspirèrent tout autant, pêcheurs de Marseille ou de Trouville, gitans des Saintes-Maries de la Mer en Camargue, musiciens, clowns, écoliers.Son expérience de la persécution et de la shoah lui inspire de nombreuses oeuvres engagées, où il dénonce le totalitarisme.

Entre 1965 et 1974 Viko pratique avec bonheur l'illustration et  la lithographie.
Excellent portraitiste,il a fait de nombreux portraits des collectionneurs qui appréciaient sa peinture. Son talent était, entre autre, reconnu  de Mme Pompidou et il l'a représentée à plusieurs reprises avec ou sans son mari. On lui doit de vigoureux portraits sans concession ainsi de nombreuses personnalités des arts et de la politique sous la Vème République .

Sources: plaquette de la vente après décès de l'atelier de Viko, site tabacollector.