Zoum Walter

(franco-belge 1902 - 1974)

Juliette Pauline Isidorine Van den Eeckhoudt, dite Zoum Walter, est une artiste peintre, pastelliste et sculpteur franco-belge née à Ixelles en 1902. Elle doit son curieux prénom Zoum à sa manière enfantine de dire bonjour (bezoum) en flamand.

Née dans une famille d’artiste, Zoum grandit dans un environnement culturel très riche. Son père, son grand-père et son arrière grand-père maternels étaient peintres. Parmi les amis de ses parents on comptaient des membres du groupe de Blumsburry, (Vanessa Bell, Roger Fry et James Strachey) la traductrice anglaise d’André Gide Dorothy Bussy-Strachey. Dans son enfance, Zoum rencontrera Gide, Valery ou Roger Martin du Gard. Dans cette ambiance stimulante, Zoum peint ses premiers pastels à l’age de 14 ans, en pleine première guerre mondiale.

La paix revenue, Zoum se destine à la musique et perfectionne son piano à Bruxelles auprès de Marguerite Laanen. Entre 1922 et 1923, elle échange une correspondance musicale avec André Gide. Ce dernier lui apprend la transposition musicale.

Pourtant, c’est à la peinture qu’elle décide de consacrer sa vie en juillet 1923. En 1928, elle epouse François Walter, qu’elle avait rencontrée trois ans plus tôt. Le couple vit à Paris rue Molitor, à partir de 1929 et Zoum Walter commence à avoir des expositions personnelles, tant à Bruxelles qu’à Paris. Le couple aura une fille, Sylvie, née en 1936 et disparue trop tôt en 1958. Zoum Walter expose dès lors régulièrement au Salon d'Automne, au Salon des Tuileries sans oublier le Salon des Femmes Peintres et le Salon des Indépendants.

Zoum Walter vit les bouleversements de la Seconde Guerre mondiale dans une errance itinérante avec Sylvie, pendant que son mari s'engage dans les FFI. Après guerre, alors que deux belles expositions personnelles  sont consacrées à Zoum Walter en 1957,le décès de Sylvie bouleverse l'artiste. Elle abandonne la peinture pendant plusieurs années. En 1963, pourtant, elle reprend ses pastels et se tourne vers l’abstraction.

Puis viennent les sculptures à partir de 1966, pendant une période brève mais pleine d’intensité créatrice.

Trois ans plus tard, Zoum Walter se consacre à nouveau à la peinture, dans une veine figurative qui s’enracine dans les paysages et surtout les cieux d’Houlgate et du marais poitevin.

En 1971, l’artiste évolue vers une abstraction dont elle puise  cette fois les sources dans un pur imaginaire.

Elle meurt en 1974.

Les œuvres de Zoum Walter sont présentes au centre Pompidou at au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. On peut admire plusieurs de ses toiles au MUDO, le Musée de l'Oise à Beauvais

 

Illustration : portrait de Zoum Walter par son père Jan Van den Eeckhoudt