Colette Deblé

(Française 1944)

 

Colette Deblé est une artiste plasticienne et écrivain française née en 1944 à Coucy-lès-Eppes, près de Laon.

Une formation en rébellion

Colette Deblé a tenté les meilleures écoles d’art et a été reçue dans toutes : l’Ecole des Beaux-Arts de Reims, l'ENSBA (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris).
Mais suivre un enseignement de manière conventionnelle n‘était pas le chemin qui lui était destiné. 
Elle a pris dans ces écoles ce qui lui convenait et rejeté ce qui l’entravait, notamment les concours de sortie. Des expériences professionnelles comme retoucheuse-photo ou maquettiste lui permettent d’approfondir et de financer son art.

Une femme artiste d’avant-garde
 

L’œuvre de Colette Deblé est inséparable de l’histoire de l’avant-garde féministe dans l’Art de la deuxième moitié du XX eme siècle. C’est en tant qu’artiste-femme qu’elle crée et sa démarche est indissociable de l’affirmation du genre en peinture qui éclot à la fin du XXeme siècle. A ce titre, elle participe en 1977 à un débat dans le cadre de la FIAC sur le thème Spécificité des pratiques féminines.
Colette Deblé s’exprime aussi bien à travers la peinture sur toile que l’art-textile ou l’objet. Cependant, un fil rouge court à travers son œuvre, le dessin sur papier. Du graphite au lavis d’aquarelle, l’artiste parvient, grâce à la légereté et à la fragilité du papier, à exprimer les frémissements d’ame que met à jour son inspiration.

Les boites : la confrontation intérieur/extérieur

C’est en 1976 que Colette Deblé expose ses premières boites, à la Galerie Isy Brachot. La boite est alors une fenêtre ouverte qui permet au femmes de regarder vers l’extérieur, et soustend une réflexion sur l’enfermement des femmes. Depuis, la boite reste au cœur de la création de Colette Deblé.
Quarante ans plus tard, en 2016, ce sont ses lavis qu’elle expose en boite .

Comme elle l'exprime avec force : « Les boîtes sont pour être là quand je ne serai plus là. »
 

La femme : l’inscription dans l’histoire

Colette Deblé comble un manque qu’elle est la première à identifier : pourquoi est-ce toujours par le biais de l’écriture que l’on pratique l’histoire de l’Art ? Pourquoi aucun historien, aucun artiste n’a-t-il eu l’idée de restituer l’histoire d’un media visuel en utilisant l’image ? Comme l’explique l’artiste
« Mon projet est de tenter, à travers une infinité de dessins, de reprendre les diverses représentations de la femme depuis la préhistoire jusqu'à nos jours afin de réaliser une analyse visuelle des diverses postures, situations, mises en scène. ».
De cette démarche sont issus des centaines de dessins qui seront exposés à travers le monde puis en partie publiés (La Femme dans l'histoire de l'art - Editions Cercle d'art - Introduction de Jean-Luc Chalumeau ).

Le livre d'artiste : un amour fou

Ce sont de veritables histoires d’amour que Colette Deblé lie avec l’écriture et les textes d’écrivain et de poètes.
Elle fait appel à des démarches variées :
- L’illustration de texte d’auteurs préexistant, comme Michel Butor,  Corinne Hoex, Roland Chopard ou  Louis Dire

- La commande directe de textes originaux manuscrits qu’elle illustre ensuite. Plus de soixante ecrivains participent ainsi à sa demande aux cahiers de Colette Deblé intitulés les Peauesies de l’Adour,

- La collaboration régulière avec un auteur.  Avec le poète Bernard Noël, pour ne citer qu’un seul exemple, Colette Deblé crée sur plusieurs années des livres d’artistes, une dizaine d’ouvrages de 1973 à 1995 , en commençant avec L’Édit, le Dix, le Dit, dont les gravures de Colette Deblé ornent les en15 exemplaires édités. Suivent le Livre de Coline,toujours avec des gravures de Colette Deblé, chez Fata Morgana, Montpellier, puis en 1977 Lettre verticale VII à Colette Deblé, avec des dessins de Colette Deblé coloriés à la main, chez Givre, (Charleville-Mézières), etc jusqu’aux Fenêtres fermées, de 1987où Colette Deblé rehausse de peinture les lithographies qui font face aux poèmes manuscrits de l’auteur,( chez Unes, Le Muy , 22 exemplaires.).

Deblé l'écrivain

Elle publie chez POL Quelque chose de très doux en 1990
Colette Deblé a aussi publié avec le philosophe Jean-Joseph Goux L’Envol des femmes aux Editions des Femmes en 2006

Les œuvres de Colette Deblé sont exposées mondialement, des Etats-Unis au Yemen. 

Bibliographie :
 

Jean-Luc Chalumeau. Colette Deblé. Cercle d'Art (2002)

Photographie: couverture de l'ouvrage consacré à Colette Deblé publié en 2003 chez L'Armourier.