Jean Didier-Tourné

(Français 1882-19?7)

 Jean Didier-Tourné est un artiste peintre, graveur , lithographe, illustrateur, décorateur et fresquiste né à Agen en 1882.

Jean-Émile-Marie-Didier Tourné  est diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, où il a reçu l'enseignement de Cormon. En 1908, il reçoit le premier second Grand Prix de Rome .

Dès sa sortie des Beaux-Arts, il prend comme nom d'artiste le nom de Jean Didier-Tourné, accolant son dernier prénom à son nom de famille pour éviter les confusions avec d'autres peintres homonymes.

 

Un symboliste monumental

Il expose régulièrement au salon des Artistes français, où il reçoit notamment une médaille de 3eme classe dès 1912. C'est en 1931 que lui est décernée la médaille d'or, avec une grande toile représentant des Amazones au retour de la chasse.

                                                  1931: Le retour des Amazones, médaille d'or au Salon

Sa carrière est jalonnée de nombreuses récompenses, tels le Prix Gabriel Ferrier. Le Prix James Bertrand lui est décerné en 1920, puis le prix F. Cormon en 1935.

En 1933, L'Etat français lui achète une toile intitulée Le rideau. Il obtient une Médaille d'argent à l'Exposition Universelle de 1937 à Paris, mais la trace de l'oeuvre comme de la catégorie dans laquelle il concourrait a été perdue.

 Le théatre d'Agen, sa ville natale, lui commande une décoration intérieure. Certains décors de l' Hôtel de Ville de Sceaux sont de sa main.

Jean Didier-Tourné doit son succès à un style très monumental, qui puise son inspiration dans le courant de pensée symboliste, avec un sens de la grandeur des volumes et des perspectives.

                        Jean DIDIER-TOURNÉ. Scène de fête galante. Huile sur toile.154 x 205 cm

 

Vers un réalisme expressif

 

Parralèllement, Jean Didier-Tourné développe une oeuvre plus intimiste, typique du Montparnasse expressionniste des années trente où il a installé son atelier. En 1936, son atelier est au 9 rue Falguière.

Paysages plus resserrés, scènes de vie rurale sont traités avec une pâte riche et un souci d'oublier tout monumentaliste décoratif, en opposition avec le reste de son oeuvre.

                                                Le Marché. Jean-Didier-Tourné, huile sur toile.

En 1935, la ville de Paris lui commande un panneau décoratif, la Pastorale. Jean Didier-Tourné y déploie ce style différent de ses grandes toiles symbolistes  Il s'attache à restituer une idée du peuple français à la fois contemporaine - le maillot de corps du père, les chapeaux de paille des enfants- et inspirée des grands peintres classiques, dans l'esprit des peintres du Retour à l'ordre.

 

Et toujours les portraits

 Jean Didier-Tourné est aussi un portraitiste reconnu, doté d'une clientèle importante. Il sait restituer la vérité intérieure de son modèle, tout en capturant l'esprit du temps.

                                                1943: Portrait de Germaine Pruvost

Après la deuxième guerre mondiale, Jean Didier-Tourné se fait de plus en plus rare sur la scène artistique française, à tel point que la date de sa mort est incertaine, certaines sources la situant en 1947, d'autres en 1967.