Tableau achat décoration cadeau Amazone Didier-Tourné années trente
Technique : 
Support : 
Toile
Dimensions : 
Tableau: 41cm x 33cm. Cadre: 51,5cm x 44cm.
Inscription : 
Signé en bas à gauche.
Etat de l'œuvre : 
Excellent. Petits chocs au cadre.
Domaines : 
Période : 
720 €
L'œuvre

L'amazone au cheval cabré.

Jean Didier-Tourné. Huile sur toile

Cadre: baguette du début du XIXeme siècle recoupée et customisée.

Exposé en accrochage( voir photographies en vignette) avec une oeuvre de Romathier à venir sur le site et la sculpture en bronze de Charles Valton, Chien de Garde..

Chasse à courre

Art déco. Années Trente

Qu'en dire ?

Une amazone à la chevelure blonde fait se cabrer son cheval à coup de matraque.

La bête à la robe blanche se dresse, à la limite du déséquilibre, et cherche à désarçonner sa cavalière.

Cette toile travaillée au couteau pour plus d'efficacité fait partie des productions caractéristiques du style de Jean Didier-Tourné au milieu des années trente. D'une esthétique art déco flamboyante, elle est une allégorie de la puissance et de la force féminine.

Le combat, l'affrontement entre le cheval et la femme qui le monte est splendidement mis en scène par une composition très forte.  Le cheval se dresse tout en verticales ( l'échine, les paturons) alors que l'amazone s'inscrit en obliques ( son corps, les muscles de ses cuisses) et en horizontales ( le bras qui cravache).

Les couleurs sont metaliques, de platine, de plomb et de vert de gris, avec la touche d'or des cheveux. Seul le rouge apporte une dimension organique : le veste de l'amazone est une balafre sanglante qui vient animer le tableau.

Une oeuvre qui participe à la légende des années trente, avec son côté vénéneux et monumental.

L'artiste

Didier-Tourné

Jean

 Jean Didier-Tourné est un artiste peintre, graveur , lithographe, illustrateur, décorateur et fresquiste né à Agen en 1882.

Jean-Émile-Marie-Didier Tourné  est diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, où il a reçu l'enseignement de Cormon. En 1908, il reçoit le premier second Grand Prix de Rome .

Dès sa sortie des Beaux-Arts, il prend comme nom d'artiste le nom de Jean Didier-Tourné, accolant son dernier prénom à son nom de famille pour éviter les confusions avec d'autres peintres homonymes.