Christine Spengler

(française 1945)
Christine Spengler. 2016 ©ARTE

Christine Spengler est une artiste plasticienne, écrivain et photographe française née en 1945.

La Maison de la Photographie vient de lui consacrer une exposition qui s’est terminée en juin 2016.

 

L’œuvre de Christine Spengler ne peut se séparer des évènements qui jalonnent son existence.

Christine Spengler est la fille d’une artiste surréaliste, Huguette Spengler et fut d’abord élevée à Marseille dans une atmosphère  marquée par la joie et les couleurs méditteranéennes,. Le divorce de ses parents provoqua un véritable déchirement : Christine fut séparée de son frère Eric envoyé en pension et fut élevée à Madrid par sa tante.

C’est à l’âge de vingt-cinq ans que se noue son destin de photographe. Partie avec son frère Eric à la recherche des rebelles du Tibesti, elle prend sa première photo de guerre au Tchad, où se battent les combattants du FROLINAT. C’est le début d’une carrière de photographe de guerre que Christine Spengler n’a jamais vraiment cessé d’exercer. Même si depuis 2005, elle ne se rend plus sur le terrain des hostilités, elle continue à  photographier une autre guerre, celle de la misère urbaine. Elle s’inspire des paroles de l’Abbé Pierre qui lui a dit un jour, après avoir vu ses photographies de guerre:« N’oubliez pas qu’il y a aussi la guerre sur le macadam de Paris ! 

Au cours des années 1970, Christine Spengler se rend sur le terrain des principaux conflits armés. Elle est à Phnom Pen pendant les massacres Khmers Rouges, elle photographie la révolution iranienne, la guerre entre l’Iran et l’Irak, etc .Ses photos font le tour du monde, publiées dans Paris-Match ou le New York Times. Elles sont le reflet des tragédies humaines et des drames suscités par les conflits guerriers. Christine Spengler se penche plus particulièrement sur les sort des femmes au sein des guerres.

En 1983, année du dixième anniversaire de la mort de son frère, Christine Spengler ajoute à ses tragiques photos en noir et blanc une nouvelle palette d’expression. Elle commence à réaliser des photomontages autour des personnages de sa famille, décorant ses montages de pétales de fleurs à l’instar des femmes irakiennes pleurant leurs morts.

De ce moment fondateur découle une autre partie de l’œuvre de Christiane Spengler : une merveilleuse explosion de couleurs, avec des photos travaillées comme des exvotos, avec souvent des accumulations d’objets entourant des visages. L’Espagne où sedéroula son adolescence se révèle alors une  source d’inspiration vivifiante.

Christine Spengler a reçu de nombreux prix pour son œuvre, dont notamment le prix SCAM pour son travail sur les femmes dans la guerre. Elle est chevalier de la légion d’Honneur et des Arts et Lettres .

Elle a aussi écrit plusieurs ouvrages, dont  Une femme dans la guerre, aux éditions Ramsay, en 1991.

Pour en savoir plus: 

Article de Luc Desbenoit 23/04/2016.Télérama

Maison Européenne de la Photographie

 

Photographie de Christiane Spengler montrant une des ses oeuvres 2016 ©ARTE