Pierre-Yves Trémois

(Français 1921)

"Si le Moi est haïssable, que dire du Très-moi ? Le satisfecit trémoisien, si j'avais à le définir, tiendrait - je puis vous l'assurer - en un seul trait, ce trait que je sais et que je rechercherai inlassablement toute mon existence." Pierre-Yves Trémois. 1978, Discours de réception à l'Académie française.

 

Pierre-Yves Trémois est un artiste peintre, graveur, lithographe, illustrateur et sculpteur français né en 1921.

Pierre-Yves Trémois est une pierre angulaire dans l'histoire de la gravure française de la deuxième moitié du vingtième siècle. Comme son nom l'indique, et comme il se plait lui même à en plaisanter, il peut se définir par une individualité affirmée et consciente de son indépendance , et par l'amour du Trait "Tré-moi" porté jusqu'à l'extrême.

Une force qui va

Pendant la deuxième guerre mondiale, Pierre-Yves Trémois peint et grave et grave encore. Il est rentré aux Beaux-Arts en 1938, dans l'atelier de Sabatté. Paradoxalement, c'est en peinture qu'il reçoit le Grand Prix de Rome. Un des caractéristique de Pierre-Yves Trémois est de ne jamais se laisser emprisonner par les conventions. Ses oeuvres sont refusées  en 1942 par le jury du Grand Prix de Rome en gravure, car trop érotiques? Qu'à cela ne tienne, il se présente en peinture l'année d'après et obtient son grand prix en 1943. Il ne reste pas longtemps à la villa Medicis, pas plus qu'à la Casa Velasquez, dont il fut aussi lauréat, ne supportant pas qu'on veuille lui mettre des rênes. Pierre-Yves Trémois impose son style: avide de reconnaissance, il ne fait pourtant aucune concession, tant il se sent animé par la certitude d'avoir une oeuvre à construire et une pensée à transmettre.

Se construire en amitié

Deux rencontres marquent puissamment l'itinéraire de Pierre-Yves Trémois, car elles lui permettent de mettre à jour et de déployer les grandes orientations artisqitques qui marquent son oeuvre.

Jean Rostand , par la rigueur de son approche scientifique, lui donne d'approfondir sa réflexion sur l'animal et sa relation avec l'homme.

En 1972, paraissent les Limites de l'humain, un livre de Jean Rosatnd illustré et inspiré par Trémois.

Henri de Montherlant, par la rigueur de sa pensée et le foisonnement de son écriture,  conforte l'artiste dans la dimension réflexive et philosophique qui soutend chacune de ses créations .

En 1964, Trémois illustre la Guerre civile de Montherlant.

La reconnaissance publique

Trémois occupe une place à part dans la vie artistique française. sans jamais dévier des préoccupations intellectuelles qui l'animent ni de son style accéré à l'érotisme toujours présent, il incarne dans les années soixante-dix les interrogations et les doutes de plusieurs générations. Et surtout, il est associé à la libération dans les moeurs et dans les pensées qui marque ces années, En 1978, il est élu à l'Institut, confirmant jouir de la reconnaissance de ses pairs - de Dunoyer de Segonzac, son premier collectionneur à Albert Decaris,  - tout autant que sur celle du grand public.

 

Pour en savoir plus, visitez le site de l'artiste.