André Vivrel

(Français 1886-1976)

André Leon Vivrel est un artiste peintre, lithographe, graveur et illustrateur français né en 1886.

Formation

C’est auprès de sa mère que André Vivrel prend ses premiers cours de peinture. Excellent peintre amateur, elle reconnaît vite le talent de son fils et l’encourage à acquérir une bonne éducation artistique. Il s’inscrit à l’académie Jullian, dans l'atelier de Paul-Albert Laurens. Il y apprend à la fois rigueur et goût pour la liberté. Il continue à développper ces qualités à l'Ecole des Arts décoratifs, où il suit l’enseignement de Marcel Baschet et de Henri Royer .

La guerre

Vivrel a vingt-huit ans lorsque la guerre éclate. Il a tout juste eu le temps de commencer sa carrière, en exposant au Salon des Artistes français en 1913 et en 1914. Il participe aux combats durant l'ensemble du conflit et est décoré en 1917 de la croix de Guerre pour héroïsme.

La peinture comme une drogue

A la fin des conflits, il retrouve son atelier montmartrois, rue Caulaincourt, et recommence à peindre avec acharnement, pour compenser ce qu'il ressent comme une des années perdues pour la peinture. Il continue dans la veine du portrait qu'il avait inauguré avec un autoportrait avec sa mère et sa jeune épousée juste avant son dernier départ pour le front. Mais sa peinture se caractérise surtout par la diversité de ses inspiration, nature morte, portrait, nus et bien sur paysage. Il ne peut se passer de peindre, la pratique de son art est complètement addictive. Mais, très perfectionniste, il n'hésite pas à détruire les oeuvres qui lui paraissent indignes de ses espoirs.

Il présente ses toiles aux Salons, principalement des toiles de nus et des portraits de bretonnes, et parallèlement, se passionne pour le paysage, déployant une technique dérivée de l’impressionnisme. Il peint sur le motif, s'charnant à restituer avec  une grande intérirorité la première " impression instantanée" (selon ses propres termes) que lui faitSa première exposition personnelle a lieu en 1920, et la même année, l'Etat lui achète deux nature mortes. 

Les succès de l'entre-deux guerre

Il expose au Salon des Indépendants, et est primé en 1926 pour une vue du Port de Camaret. Ses toiles rencontrent un grand succès , à la fois pouur leur technique impeccable mais aussi pour leur inspiration, qui va de l'exaltation du temps passé ( Le temps des cerises,) à la magnification de l'idéal féminin des années trente. Elles sont récompensées quasiment chaque année. 

En dehors de ses expositions personnelles, Vivrel participe à des expositions collectives deprestigieuses. Il faut surtout mentionner l'exposition de la Galerie Th. Briant, en 1933, où les oeuvres de Vivrel côtoient celle de Pierre Bonnard, Henri Lebasque et Pablo Picasso.

Vivrel entreprend des voyages à la recherche de nouvelles impressions visuelles. Ses marines, particulièrement,et ses scènes de baignade lui ont notamment assuré la faveur du public. En 1926, il commence une série de voyages en Bretagne, marqués, lors de l'année 1934 par un changement de perspective : cette année- là,ses toiles sont plus consacrées aux cieux qu'à la mer.

En 1937, Vivrel reçoit une médaille d'argent lors de l’Exposition internationale des Arts et Techniques de Paris, puis en 1939 une médaille d’or au Salon des artistes français pour une toile intitulée les Baigneuses.

La fidélité à l'impression instantanée

Pendant la seconde guerre mondiale, la Galerie de Berri organise une exposition en mai 1942 :Vivrel – peinture récentes . 

Vivrel continue à peindre selon ses principes : restituer une émotion au travers d'un représentation fidèle de la réalité. Toute sa vie, il reste fidèle aux paysages qui font sa notoriété. Il est indifferent aux recherches de la modernté ambiante., ainsi qu'aux changements de style. Seule restituer son émotion intérieure le préoccuppe. Ses toiles sont à cet égard d'une sincérité et d'une honneteté absolues.

Il décède en 1976 à Montmartre, où il a toujours eu son atelier.