Quel cadre choisir pour un tableau?

Le plus bel écrin du tableau: son cadre.

« C’est du Grand Art ! », s’écrie-t-on devant une œuvre exaltante, un chef d’œuvre de Picasso ou du Titien, admiré dans un musée.

Mais qu’en est-il du tableau ou de la gravure que nous avons toujours vu dans le salon de nos parents ou la chambre de nos grands-mères ? Parfois, nous ne savons plus les regarder, oubliant de les apprécier comme de l’Art à part entière.

Comment renouer avec l’élan créatif qui a habité l’auteur de ces tableaux ou de ces gravures ? C’est là que la magie de l’encadrement intervient. Le bon cadre, bien choisi, bien conçu, nous permet de changer notre regard.

Un cadre, c’est la parure d’un tableau. Il est fait pour embellir et mettre en valeur l’œuvre qu’il entoure, mais aussi pour susciter l’admiration et être parfois le signe de la valeur accordée à l’œuvre.


 Au bord de l'eau d'Henry Morton Colville

Voilà une excellente raison de jouer sur l’encadrement des tableaux pour les rendre plus flatteurs à un œil contemporain.

Choisir un encadrement répond à un seul objectif : permettre de voir le tableau sous son meilleur jour. Mais comment trouver l’alchimie idéale entre cadre et tableau ?

Voici les secrets des Atamanes pour résoudre cette question :

Commençons par les tableaux : huiles sur tous supports.

  • Tout d’abord, envisager cela comme une joie, un contact avec la création, une manière de créer soi-même. Et faire confiance à son intuition.
  • Ensuite donner à l’œuvre un environnement, un cadre neutre. C’est la caisse américaine qui convient le mieux. Et ce, quelle que soit l’époque de la peinture qui est l’objet de vos soins


Au bord de l'eau d'Henry Morton Colville

D’ailleurs, vous remarquerez : beaucoup de nos tableaux sont présentés ainsi. C’est ce qu’il y a de plus sobre. La meilleure façon de voir la toile pour elle-même.

  • Ensuite prendre son temps pour s’imprégner de l’œuvre.

Parfois, la caisse américaine suffit. Il n’y a pas besoin de plus.
Parfois on sent que le tableau vous demande quelque chose d’autre. Que le minimalisme n’est pas ce qui lui convient le mieux.

C’est le moment d’essayer d’imaginer l’œuvre avec un cadre différent qui permettrait de la percevoir, quasiment de la décoder dans toute son ampleur. Se posent alors une foule de questions :

  • Faut-il choisir un cadre spécifique à une époque historique (en lien ou non avec l’époque de l’œuvre)


Au bord de l'eau d'Henry Morton Colville

Ce cadre montparnasse correspond à l'époque du tableau ( années trente ). Mais le met-il vraiment en valeur? C'est là une décision qui dépend de votre goût personnel - si vous privilégiez ou non l'ancien face au contemporain, par exemple - et des éléments de votre décoration intérieure. Vous pouvez aussi choisir en fonction de l'aspect du cadre, de sa largeur et vous poser les questions suivantes:

  • Quelle(s) couleur(s) retenir ? Le noir est toujours élégant, le doré illumine l’œuvre mais peut être très présent, les couleurs vives sont un choix tranché…
  • Quelles dimensions privilégier ? Un cadre large ou étroit, avec une marie-louise ? avec des motifs ornementaux ?
     

Entre ces deux cavaliers de même format d'Eugène Pechaubes, la couleur du cadre fait toute la différence alors que les deux arborent une marie-louise blanche.

Et voici un troisième cavalier, du même artiste, encadré en couleur dorée et qui est ici doté d'un cadre étroit et sans marie-louise.


Cuirassier de la grande armée d'Eugène Pechaubes

 

L'effet est radicalement différent. 

La suite de cette réflexion et le pour et le contre de chaque type de cadre aux prochains épisodes.