Madeleine Lambert. Albertine disparue R, collage et encre, cadeau tableau décoration
Date de création : 
2001
Technique : 
Support : 
Toile
Dimensions : 
20,5 x 20,5
Inscription : 
Signé en bas à droite,
Etat de l'œuvre : 
Excellent
Domaines : 
Période : 
160 €
L'œuvre

Albertine disparue R par Madeleine Lambert

collage et encre

Provenance: dispersion d'une partie de l'atelier de Madeleine Lambert en vente publique.

Art contemporain

Post-Lettrisme

 

Cette oeuvre est exposée en triptyque avec Albertine disparue I et Albertine disparue E, en accrochage au dessous de la photographie Targui, de Abdeslam Khelil

 

Si vous désirez acheter les trois oeuvres ensemble, CLIQUER ICI

Qu'en dire ?

L'art de Madeleine Lambert est langage. Ici, elle associe l'ecriture, en reproduisant un texte de Proust, et un art calligraphique consacré à la ligne droite et à ses intersections.

L'opposition entre les courbes de l'écriture cursive, tout en finesse de tracé, et la rune épaisse te rigide qu'elle lui superpose, donne à cette oeuvre une grande force plastique.

 

Le texte de Proust que reproduit Madeleine Lambert est le suivant:

Chaque événement, que ce fût l’affaire Dreyfus, que ce fût la guerre, avait fourni d’autres excuses aux écrivains pour ne pas déchiffrer ce livre-là ; ils voulaient assurer le triomphe du droit, refaire l’unité morale de la nation, n’avaient pas le temps de penser à la littérature. Mais ce n’étaient que des excuses parce qu’ils n’avaient pas ou plus de génie, c’est-à-dire d’instinct. Car l’instinct dicte le devoir et l’intelligence fournit les prétextes pour l’éluder. Seulement les excuses ne figurent point dans l’art, les intentions n’y sont pas comptées, à tout moment l’artiste doit écouter son instinct, ce qui fait que l’art est ce qu’il y a de plus réel, la plus austère école de la vie, et le vrai Jugement dernier.

L'artiste

Lambert

Madeleine

"La création, c’est le sillon à creuser pour mieux résister, pour repousser la mort." (Madeleine Lambert.2008)

Madeleine Lambert est une artiste plasticienne née à Lyon en 1935.

L’écriture avant tout

Son travail porte sur le rapport entre le visuel et l’écrit. Elle incorpore l’écriture, conçue comme un vecteur sémantique autant qu’une expression plastique dans des œuvres où collages et papier voisinent dans une même surface avec les huiles et acryliques sur toile.