Fusain-Encre-ADAN Louis Emile-Mère veillant sa fille achat tableau
Date de création : 
1800
Technique : 
Support : 
Papier
Dimensions : 
Tableau:31cm x29cm,vue du montage 18,5 x 15,5 cm;cadre:39 x 42 cm
Inscription : 
Signé à l’encre de chine du monogramme E.A. en bas à gauche. Signé à l’encre brune L. Emile Adan en bas à droite.
Etat de l'œuvre : 
Légère griffure sur le papier, à droite de la mère. Infimes salissures sur le montage.
Domaines : 
Période : 
980 €
L'œuvre

A la lueur d’une lampe à pétrole, une jeune fille malade embrasse la main de sa mère. 
Bel encadrement d’époque avec un cadre décoré à la feuille d'argent vernie façon or fin et montage d’origine ( la feuille est collée en plein sur le carton de monte,sous l'ouverture du biseau doré).

Qu'en dire ?

Une infinie douceur émane de cette jolie plume.

La délicatesse et le talent de l'artiste se lisent dans le regard de la fillette, plongé dans celui de sa mère, dans la légère courbure du dos de la jeune femme qui trahit son amour et son inquiétude.

L’amour qui unit ces deux êtres est traité avec une grande pudeur. Le reflet de la lumière de la lampe sur les draps immaculés révèle une remarquable maîtrise technique de la part de l'artiste. Mais cette habileté ne passe jamais au premier plan. L'artiste veut traduire au mieux une émotion, et la prouesse technique de sa réalisation s’efface derrière les sentiments qu’il veut évoquer.

Rester silencieux et ému devant ce petit bijou de retenue, si bien mis en valeur par la splendeur de son cadre.

- Tout réside dans le contraste : simplicité de la blancheur du papier servie par l’or du biseau, amour de la mère caché derrière une nuque ployée. Le regard du spectateur finit par ne plus pouvoir se détacher de ces trois mains unies, main droite de la mère agrippée par les mains un peu épaisses d’une enfant en train de devenir adulte et dont les extrémités ont déjà perdu la petitesse de l’enfance.

L'artiste

Adan

Louis-Emile

Peintre et dessinateur français né à Paris en 1839.

Élève de Picot et de Cabanel aux Beaux-Arts, Louis-Émile Adan exposa régulièrement au Salon de 1863 à 1937. Installé, au 75 rue de Courcelles à Paris, il peignit des scènes de village comme "La partie de bowling" (huile sur toile (51 cm x 83 cm). Il meurt en 1937.

Illust.: