Michel Ciry

(Français 1919)

 

Michel Ciry est un artiste peintre, aquarelliste, graveur, dessinateur, illustrateur et écrivain né à La Baule en 1919. Il est aussi compositeur de musique.

Michel Ciry est un des très importants peintres figuratifs français du XX eme siècle. Indépendant de tout mouvement artistique, il poursuit une oeuvre  profondément originale, où les huiles sur toiles et les oeuvres graphiques répondent aux compositions musicales et à un envoûtant journal, ce qui fait dire de lui qu'il est l'artiste français le plus complet de son époque.

Une constante inspire l'ensemble de son oeuvre: la peinture de Michel Ciry  est toujours l'écho de la transcendance. L'artiste peint l'humanité en révélant son contact avec le mystique. L'intériorité de son style,  les interrogations intérieures que traduisent sa touche picturale, la force délicate du trait de son burin, tout en Michel Ciry est dialogue intérieur avec la dimension spirituelle de l'être humain. 

Le graveur

Formé à l'Ecole des Arts Appliqués, Michel Ciry déploie son inspiration en premier dans la gravure : le burin, avec son trait acéré et mordant lui apporte l'intensité qu'il recherche, les eaux-fortes et les pointes-sèches exaltent chacune un aspect différent de son inspiration.

En 1941, il est nommé sociétaire des la Société des Peintres graveurs. 

En 1947, il est sociétaire du Comité national de la Gravure.

La gravure  est un aspect essentiel de l'oeuvre de Ciry, et s'il pratique quand même la couleur que permet l'aquatinte, il préfère se consacrer aux riches nuances du noir qu'autorise le travail sur cuivre. Il attendra 1955 pour produire sa première lithographie.

Le peintre

La peinture pour Michel Ciry ne s'impose pas tout de suite, tant est profond son attachement au papier.

Il commence à peindre en 1941, expose au Salon des moins de trente ans (Pont, Tête en 1941, Le paravent japonais en 1944) . Insatisfait de cette expérience, il détruit toutes les oeuvres de cette periode.

Ce n'est qu'en 1955 que le désir de couleur s'impose à lui de nouveau et qu'il entreprend de transcrire à l'huile son monde intérieur. 

Il commence par des paysages - La maison du père Joseph exposé en 1956 à la galerie Charpentier -, veine qu'il n'abandonnera jamais. Puis vient une série d'objets inanimés, symboles du recueillement intérieur. A la fin des années cinquante, Michel Ciry  commence à représenter des scènes religieuses aux personnages hallucinés, des autoportraits en Christ, des portraits de saints  ou d'écrivains ( Bernanos, Mauriac). 

A partir de 1960, il enseigne à l'académie Jullian.

Le dessinateur

Toujours très ému par le contact avec le papier, Michel Ciry pratique l'aquarelle et l'encre sur papier et nombreuses sont les expositions qui se consacrent à ce seul aspect de son oeuvre, avec en tout premier lieu une exposition de la galere Chardin en 1947.

On peut citer aussi en 1961 Cent aquarelles et dessins au palais des Beaux-Arts de Bruxelles, ou en 1965 Aquarelles et dessins à la galerie de France avec une préface de François Mauriac au catalogue.

Ses aquarelles se lisent en miroir avec ses peintures, notamment en ce qui concerne les paysages, avec la même solidité de construction mais avec en plus tout le raffinement et la subtilté que permet la mouvance de l'eau sur le papier.

Le musicien

Michel Ciry a été formé à la composition musicale par l'exigeante Nadia Boulanger, dont il est l'élève privé à partir de 1938. C'est dans la musique religueuse qu'il donne sa pleine mesure, et on lui doit notamment six symphonies sacrées pour choeur et orchestre. 

Son oeuvre devient au fil du temps de plus en plus atonale. 

Après 1946, la carrière de compositeur de Michel Ciry se développe rapidement et il jouit d'une reconnaissance internationale, donnant des concerts à Londres, en Belgique, en Suisse. En 1951 et en 1952, il participe au festival de Darmstadt puis au festival de Donnauesching en 1957.

Peu à peu, pourtant, la peinture et l'écriture vont prendre le pas sur la musique et Michel Ciry ne composera que très rarement à partir de la fin des années soixante. 

 

L'illustrateur

Pendant la seconde guerre mondiale, Ciry illustre des livres majeurs, comme La reine morte de Montherlant (10 eaux-fortes), Sylvie de Gérard de Nerval, Debureau de Sacha Guitry ou Dominique d'Eugène Fromentin. C'est l'illustration de l'Ancien et du Nouveau Testament qui va marquer son oeuvre picturale de façon irreversible, l'incitant à réaliser en peinture de nombreuses scènes christiques.

Michel Ciry illustre régulièrement François Mauriac, pour lequel il a réalisé un superbe Génitrix en 1965, ainsi que Claudel ( L'annonce faite à Marie en 1964). Il considère comme sa meilleure réussite ses illsutrations pour Voyageur sur la Terre de Julien Green.

 

L'écrivain

C'est sous la forme du journal que Michel Ciry exerce sa vocation d'écrivain. Depuis 1942, il récrit au jour le jour ses impressions, ses réflexions, son exaltation et ses doutes dans un ensemble qui comprend à ce jour 36 volumes publiés.

Les titres qu'il choisit pour chacun de ses tomes, comme Soyons des rebelles , Brisons nos fers , Le temps du refus ou En toute indépendance révèlent la dimension de liberté intellectuelle et de rebellion qui anime la vie psychique de l'artiste

 

 

 

Installé depuis 1964 à Varengeville-sur-Mer, Michel Ciry a créé en cette ville le musée qui porte son nom , auquel il a apporté une grande partie de son oeuvre.

Pour en savoir plus:

Video de Michel Ciry parlant de son musée de Varangeville

 

La photographie de Michel Ciry est tirée de la video de l'émission Le Fond et la forme en date du 31 janv. 1972: Michel Ciry "Le Temps du refus" ©Ina

Michel Ciry