Général Kleber. Portrait-charge par Draner aquarelle achat art tableau décoration
Technique : 
Support : 
papier
Dimensions : 
Aquarelle: 28,5cm x 19 cm (àvue). Cadre: 37,5cm x 62,5cm.
Inscription : 
signature en bas à droite ( en partie cachée par le montage)
Etat de l'œuvre : 
Très bon. Papier légèrement ondulé
Domaines : 
Période : 
490 €
L'œuvre

Général de l'Armée révolutionnaire française.

Portrait charge par  DRANER (1833 - 1926)
Crayon noir, aquarelle et rehauts de blanc
 XIX ème.

Cette oeuvre n'a pas été décadrée, toutes les observations sont faites à vue.

Pendant la campagne de Vendée, un général renfrogné - Kléber, en toute vraisemblance - essaye de lire avec un lorgnon d'or un manifeste de la République française.

Beau cadre baguette en bois doré à l'or fin XIXème.

 

Qu'en dire ?

Draner s'attaque ici à un héros de la révolution française, lui qui caricature plus volontiers les militaires du second Empire.

Sous une tente de campagne, Kléber se livre avec reluctance à une activité indigne de ce héros militaire formé dans les armées prussienne : la lecture. La richesse de son uniforme, l'or qui ruisselle sur les chandeliers, encrier et autres lorgnons contraste avec la pauvreté de l'équipement du conscrit qui monte la garde devant le quartier général du général.

Le ventre avantageux planté sur des jambes grêles, le sabre qui traine à terre, les revers bien cirés des bottes cavalières désignent un homme dont les activités phyqiues priment sur celles de l'esprit. La hargne colérique qui transparait sur le visage de Kléber est remarquablement " croquée". 

 

Pour comparer avec d'autres portraits du général Kléber :
- Général Kléber,  gravure de Monsaldi.
- Genéral Kleber , gravure par François Bonneville
- Général Kleber, image d'Epinal , imprimerie Pellerin
- Général Kleber, portrait par Antoine Ansiaux

 

L'artiste

Draner

Jules-Renard

Jules Renard est un dessinateur, illustrateur, caricaturiste, graveur et créateur de costumes de théâtre belge, né à Liège en 1833 et mort à Paris en 1926.

Il signe ses dessins du pseudonyme Draner, anagramme de son patronyme, bien qu’il ait aussi publié certaines œuvres sous le nom de Paf.

De l'imprimerie au dessin de presse